top of page
Rechercher
  • audreyfoucard

Les émotions de bébé

Mettre des mots sur leur maux


Tout comme nous, le bébé ressent des émotions, et cela commence bien avant la naissance.

Et tout comme nous, il ressent le besoin de les exprimer pour s’en libérer.


La kinésiologie, grâce au test musculaire, permet de mettre des mots sur ces émotions et de comprendre la raison des maux de bébé (problème de sommeil, douleurs, pleurs, …), pour l’accompagner vers un mieux-être.



Les émotions s'impriment chez le bébé dès sa conception, et même bien avant puisqu'il porte en lui le vécu de ses ascendants (article à venir sur le transgénérationnel).


Qu'elles lui soient propres ou qu'elles lui ait été transmises par ses parents, elle peuvent avoir des conséquences tout au long de sa vie.





Quelques exemples :

  • Durant la grossesse, le médecin détecte une anomalie à l'échographie et demande des examens complémentaires et un suivi plus poussé de la maman. La peur va s'installer chez les parents : la peur de perdre l'enfant, peur d'un lourd handicap etc. Finalement, au bout de quelques mois, le médecin annonce que l'enfant se porte bien. Heureux et rassurés, les parents vont pouvoir attendre l'arrivée de bébé en toute quiétude. Mais qui rassure le bébé ?

    • Quelles peuvent être les conséquences ? la peur peut rester chez l'enfant et s'exprimer de différentes manières après sa naissance. Comme par exemple le fait de ne pas dormir car c'est sa façon à lui de rassurer ses parents : on restant éveillé il leur montre qu'il est bien en vie

    • Que faire dans ce cas ? Rassurer l'enfant, lui expliquer avec des mots simples que cette peur n'a plus lieu d'être : « papa et maman ont eu peur pour ta santé mais maintenant on sait que tu es en pleine forme, tu peux grandir tranquillement »


  • Durant la grossesse la maman se sent seule et estime que le papa n'est pas assez présent. Elle ressent de la colère envers lui et ne l'exprime pas.

    • Quelles peuvent être les conséquences ? Cela peut engendrer des tensions dans la relation entre le père et l'enfant, qui va par exemple préférer que ce soit maman qui le couche

    • Que faire dans ce cas ? Dans un premier temps : déculpabiliser, votre ressenti est légitime. A vous de le digérer plutôt que de le ruminer. Ensuite, l'expliquer à votre enfant avec des mots simples, en insistant sur le fait que cela ne doit pas avoir d'impact sur sa relation avec son père.


  • Un bébé qui a perdu son frère jumeau au cours de la grossesse va pouvoir ressentir de la tristesse, ou bien avoir un sentiment de manque, de vide

  • Un bébé pour qui la mère s'est sentie abandonnée par le corps médical au moment de l'accouchement pourra avoir plus de mal à s'endormir qu'un autre car il ne supportera pas d'être seul

    • Un bébé né par césarienne pourra avoir du mal à faire des choix dans la vie car on ne lui a pas laissé choisir son moment pour venir au monde

Je détaillerai dans un prochain article les façons dont notre venue au monde peut conditionner nos comportements.


La parole est la clé de tout. Tout ce qui ne s'exprime pas s'imprime, chez vous mais aussi chez votre bébé. Être transparent et honnête avec lui - dès le début de la grossesse - est le meilleur cadeau que vous puissiez lui faire pour l'aider à se développer sereinement.


53 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


Post: Blog2_Post
bottom of page
Retrouvez Audrey Foucard sur Resalib : annuaire, référencement et prise de rendez-vous pour les Kinésiologues